(HOW) - Une approche par le biais des ambiances.

Le lieu s’organise sur deux niveaux séparés, un rez-de-chaussée de 496 m2 avec en plus, un jardin de 50 m2, et un appartement de 105 m2 au premier étage.

Au rez-de-chaussée, une cour le long de l’espace a en effet permis de construire deux serres et de créer un jardin. C’est désormais le coeur du projet, qui apporte une touche d’exotisme à l’ensemble.

L’espace global s’étire de la rue jusqu’en fond de parcelle sur 38 m de long.

 

L’environnement est appréhendé ici par le biais du sensible et joue sur le contraste.

En effet, le travail architectural a permis de redonner à l’enveloppe d’origine sa matérialité forte, brute, rugueuse, composée de brique, de béton, tout en la confrontant à de nouveaux éléments, de nouveaux espaces, qui revêtent au contraire une peau très lisse, un aspect très fini.

D’une matérialité à l’autre, l’approche sensible permet de créer des ambiances qualifiées, où chaque composant varie et donne une perception de l’espace perpétuellement modifiée.

 

De multiples ouvertures permettent à la lumière naturelle de pénétrer à l’intérieur. La lumière varie tout au long du jour, des saisons, et les grandes verrières et les serres permettent un contact direct avec les éléments. Tantôt les rayons du soleil rebondissent sur les murs blancs ou colorés, donnant à lire des formes mouvantes, instables, tantôt la pluie se fait entendre et offre un spectacle à la fois visuel et sonore.